Le système hydraulique du Plateau de Saclay, établi au XVIIe siècle, comptait à l’origine 60 kms de rigoles et drainait 6100 hectares. Avec l’urbanisation du territoire, 32 kms de rigoles à ciel ouvert restent en fonction aujourd’hui. Le SYB est chargé de restaurer l’ensemble de ce système hydraulique historique. Les partenaires financiers du SYB permettent la mise en œuvre d’un programme de restauration stratégique pour la gestion hydraulique du Plateau de Saclay.

L'intérêt d'une restauration du réseau de rigoles est grande et ce à plus d'un titre

Maîtrise des eaux de ruissellement et drainage des terres se conjuguent pour assurer la pérennité d'une fertilité incomparable des terres du plateau

Sans ces deux éléments, les terres agricoles retourneraient très vite à leur état antérieur de marécages. A cet aspect il convient d'ajouter que la réhabilitation de ce système constitue une réponse nécessaire à l'urbanisation croissante du Plateau, notamment de sa frange ouest dans le cadre du « Plan Campus ». En effet les rigoles permettent d'améliorer la qualité des eaux, de préserver la diversité des écosystèmes et des paysages, de développer des circulations douces, de mettre en valeur tout un patrimoine historique et autorisent ainsi les futurs habitants à pleinement s'approprier leur cadre de vie de façon durable.

Protection des habitations du Plateau et des vallées contre les inondations

C'est ainsi qu'à contrario, les effets néfastes de la construction de lotissements et de grands axes de circulation sans études d'impact sur l'environnement, qui sont autant de coupures du réseau ont été démontrés, en entrainant en avril 2007 des inondations catastrophiques à Villiers-le Bâcle, Châteaufort et Gif-sur-Yvette. En 2013, la disparition de la continuité des drains a submergé des terres agricoles et provoqué des débordements dans le lotissement du Val d'Albian de la ville de Saclay.

L'alimentation en eau du domaine de Versailles est un enjeu patrimonial à plus long terme

Cette remise en service permettrait d'alimenter les jeux d'eau du domaine de Versailles, actuellement sous exploités, et d'espérer un classement au patrimoine mondial de l'Unesco, en continuité de celui du parc du Château. L'intérêt de rénover l'ancien système et ses ouvrages est double : il a en effet été conçu pour fournir une eau propre et il permet d'assurer des régulations hydrauliques fines.

Pour mener à bien cette mission de restauration le SYB intervient de diverses façons

Une politique d'acquisition

Depuis 1988, le SYB est propriétaire de 23 kms de rigoles et y assure pleinement sa mission. Cependant les parties aval, la quasi-totalité des aqueducs et les étangs, à l'exception de l'étang de Villers-le-Bâcle, propriété du CEA, appartiennent à l'Etat et sont administrées par le Ministère de la Défense ce qui complique la tâche ! Comment intervenir lorsqu'on on n'est pas maître chez soi ? Des négociations devant permettre l'achat de nouveaux kilomètres sont en cours.
A ce jour deux rigoles, celles des Granges et celle de Châteaufort, ont été totalement restaurées soit 12 kms. L'aqueduc des Mineurs, seul aqueduc resté fonctionnel à ce jour, ainsi que la rigole de Corbeville sont les prochains objectifs du SYB. La carte ci-après donne l'état actuel du système hydraulique du Plateau et indique le programme de restauration du syndicat :

restaurer carte

Une politique de travaux de restauration qui comprend plusieurs volets

Ceux-ci concernent en effet tant les rigoles stricto sensu que les ouvrages d'art qui les parsèment et les environs immédiats dans lesquels ces rigoles s'enchâssent. Nous pouvons prendre deux exemples concrets de restauration passée ou future afin de mieux comprendre combien et comment s'imbriquent travaux sur le milieu naturel et travaux de (re)constructions destinés à leur redonner un fonctionnement identique à leur objet primitif tout en les insérant dans la modernité : celle, effectuée ,de la rigole de Châteaufort et celle, à venir, de Corbeville.

La restauration de la rigole de Châteaufort

La rigole débute dans le Bois des Roches à Châteaufort et son exutoire est le Bassin des Biches, à Villiers-le Bâcle. Elle s'étend sur 4 kms, longée par un cheminement dit de circulation douce sur l'ensemble de son linéaire. Sa restauration a constitué à recalibrer la rigole c'est-à-dire à lui redonner son aspect historique afin de lui permettre de retrouver la pente d'écoulement de l'époque.

Cela a nécessité :

- la reprise des berges par fascinage

restaurer 1

- l'évasement des berges et plantations : la végétalisation des berges et des talus autorise le rétablissement d'une biodiversité écologique importante non seulement pour la rigole mais aussi pour la dépollution des eaux de ruissellement de façon naturelle.

restaurer 2restaurer 3

- la remise en état des murets par empierrement et reprise des berges et plantations

restaurer 4restaurer 5

- les plantations de plantes aquatiques autochtones que l'on retrouve sur la photo précédente.
- la reprise des ouvrages hydrauliques : ponceaux, buses, exutoires de drainage souvent endommagés par le manque d'entretien et l'envasement, afin de rétablir la continuité hydrologique. Un tronçon de rigole manquant a été réalisé à l'aval du bassin paysagé de Châteaufort, par la mise en place d'un collecteur en souterrain et d'un passage sous le pont-route de Toussus-le-Noble. Le bassin lui-même a été modifié pour permettre le raccordement aval avec un débit de fuite équivalent à 30l/seconde.

restaurer 6

- la mise en valeur de la circulation douce avec la mise en œuvre d'un sentier piéton tout le long de la rigole, la construction de ponts en bois facilitant les traversées et la pose ou la remise en valeur des bornes royales retrouvées sur le site et ce en partenariat avec la Caps.

restaurer 7restaurer 8restaurer 9

La planche que nous vous proposons, ci-dessous, vous permet de mieux saisir la difficulté du travail qui consiste à créer un milieu naturel à partir d'une réalisation humaine.

restaurer planche

La restauration de la rigole de Corbeville

Cette restauration a été mise au programme du SYB pour les années 2015-2016-2017. Elle fera intervenir les mêmes procédures que celle de Châteaufort mais il faut signaler deux éléments différentiels importants :
- coupée dans sa continuité par le passage de la RN 118, elle sera reconnectée au reste du réseau par la création d'un nouveau tronçon à ciel ouvert et la mise en place d'un siphon sous la nationale.
- elle donnera lieu à la reprise d'un bassin de rétension de manière paysagère et naturelle par la création d'une zone humide.

restaurer 10

Ces actions de restauration vont de pair, nous semble-t-il, avec la nécessité de restaurer et de sauvegarder le patrimoine bâti et ce en coopération avec différents partenaires : le Pavillon du Roi, les aqueducs aériens dont les Arcades de Buc, tous les deux classés monuments historiques, mais également tous les petits ouvrages associés et notamment les innombrables petits ponts qui enjambent les rigoles. Peut-être convient-il de citer également le bâti agricole et notamment les 14 fermes qui font parti de notre paysage et qu'il faudrait impérativement conserver, comme le prévoit partiellement le Plan Campus avec la Ferme du Moulon? Mais nous dépassons là le rôle assigné à notre syndicat...

Pour clore cet onglet, nous aimerions rappeler qu'en toile de fond le travail du SYB vise à obtenir le classement de ce système hydraulique au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO. Le Parc de Versailles, le château et la « Grande perspective le sont depuis 1979. En 2007, une modification a été introduite pour y ajouter une zone tampon, appelée le trou de serrure, qui a fait l'objet d'un classement préliminaire. Le rétablissement de l'alimentation en eau des Fontaines de Versailles à partir des rigoles du Plateau de Saclay, permettrait de demander son classement, ce qui ne manquerait pas de renforcer la visibilité et la notoriété internationale du Campus en mariant ainsi harmonieusement le passé du Roi Soleil au présent du Synchrotron Soleil !

Le système hydraulique du Plateau de Saclay, établi au XVIIe siècle, comptait à l’origine 60 kms de rigoles et drainait 6100 hectares. Avec l’urbanisation du territoire, 32 kms de rigoles à ciel ouvert restent en fonction aujourd’hui. Le SYB est chargé de restaurer l’ensemble de ce système hydraulique historique.

Parc Orsay Université - 1, rue Jean Rostand - 91893 ORSAY Cedex
Tel : 01 60 14 61 51 - Fax : 09 70 32 58 61 - Courriel : syb@s-y-b.fr